« Trouver un équilibre entre réalité et virtualité » Entretien avec Leonardo Diana, Italie.

Qu'aimez-vous dans le travail avec InDance International et Harriet, et quels sont vos attentes et vos projets pour le nouveau projet de dualité de cette année ?

J'ai rencontré Harriet à Barcelone il y a deux ou trois ans pour quelques heures à Bide, qui est organisé par mon ami italien. J'ai vu la présentation d'Harriet sur l'IDI et j'ai tout de suite été intéressé. Lorsqu'elle parlait d'IDI, immédiatement après sa présentation, je suis allé la voir et lui ai dit que c'est ce que je fais depuis le début de ma carrière et bien sûr que nous devrions collaborer ! Nous avons commencé à communiquer à distance et nous avons immédiatement apprécié nos idées communes. Nous avons commencé à parler du projet, puis nous avons créé Duality et avons essayé de le développer. Je suis très enthousiaste à l'idée de participer à ce projet car nous avons des concepts similaires d'interaction entre la danse et la technologie ou la réalité virtuelle et d'autres outils numériques. Il y a beaucoup de possibilités à explorer.

Comment a commencé votre cheminement vers la danse et la chorégraphie ?

J'ai commencé à travailler comme chorégraphe en 2007 et depuis le début, j'ai toujours travaillé en combinant la danse avec les nouvelles technologies, surtout en commençant par la musique, car je travaille avec des musiciens classiques depuis le début de ma carrière. Nous travaillons avec de la musique classique car ce sont des musiciens classiques, mais ils utilisent des appareils électroniques. Nous travaillons sur différentes possibilités d'interaction de la musique avec le mouvement. Les musiciens expérimentent toujours de nouveaux dispositifs pour impliquer leur corps dans la création musicale. Donc dès le début, ils ont utilisé mon corps comme partition musicale. Plus tard, nous avons commencé à impliquer de nouveaux appareils vidéo, de nouveaux outils. Par exemple, un K-Net est un outil de jeu vidéo mais nous l'avons utilisé pour l'interaction avec le mouvement, créant différentes possibilités d'interaction du danseur avec les autres personnages virtuels à l'écran. C'est très intéressant car j'ai toujours été intéressé par la relation entre moi et le moi virtuel (mon sosie). Cela fait plus de 10 ans que je travaille avec ces nouvelles possibilités de créations. 

A votre avis, quel pouvoir a la danse ? Qu'est-ce qui le rend spécial, que peut-il accomplir ?

Je pense que la danse a des possibilités infinies de développement. J'essaie de voir comment il est possible d'évoluer vers de nouvelles façons de créer. Parlant de ma formation pédagogique, j'ai toujours travaillé avec différentes possibilités de mouvement du corps. Ainsi, ma recherche est centrée sur la connaissance de la possibilité du mouvement. A partir de la structure du corps et de ses manières de l'appliquer à la création du mouvement. Ma recherche est aussi centrée sur le fait de parler de moi et de ce qui se passe autour de moi, de mes opinions sur les choses qui se passent autour de nous avec mon corps. Je pense que la danse est l'un des médias les plus puissants pour communiquer des émotions. Surtout dans les spectacles vivants, il est possible de communiquer tout type d'émotion, même à partir de la structure de la scène. 

Qu'est-ce que vous appréciez le plus dans votre travail et les arts de la scène ?

Quand je danse, c'est un moment particulier, car j'essaie toujours de me mettre en scène. C'est très agréable de se tenir sur scène pour communiquer avec mon corps. J'ai toujours communiqué avec mon corps, parce que je faisais aussi du sport avant, donc j'avais besoin de communiquer par le mouvement de mon corps plutôt qu'avec ma voix. 

Comment définiriez-vous votre langage chorégraphique personnel, votre style ou même votre vision ? 

J'ai commencé à danser pas très tôt, j'avais 23 ans, donc je n'avais pas de formation en danse classique ni de chorégraphie classique. J'ai donc commencé à réfléchir à un sens très important de la communication. Quand je pense à la chorégraphie, j'ai une urgence à communiquer quelque chose. Je pars d'une idée et essaie de la développer à travers la recherche du mouvement et des possibilités de communication. Aussi, lorsque je fais des chorégraphies pour d'autres danseurs, je pars de la communication intérieure et j'essaie ensuite de la traduire en une structure de mouvement. Je ne commence jamais par un style en particulier, je préfère essayer de découvrir des gestes uniques en danse. Je viens d'une formation, la formation d'Alwi Nicolai, je veux dire que chaque idée doit trouver un type particulier de mouvement, une qualité particulière. Il est important pour moi de commencer par trouver la qualité du mouvement et ensuite de rechercher la structure de la chorégraphie. 

Concernant les thèmes de ma chorégraphie, comme je l'ai dit, il est très important pour moi de trouver une relation entre moi et l'autre moi (doppelgänger). Qu'est-ce qu'il y a en moi, qu'est-ce que ça dit, etc. C'est intéressant de savoir ce qui m'arrive, quelles sont mes pensées et ce que je veux communiquer.

Vous avez des idées ou des envies pour vos futures collaborations avec Harriet et l'IDI ?

Oui, nous avons beaucoup de rêves, mais nous travaillons à les concrétiser ! Nous devons nous rencontrer et commencer à travailler et à faire des recherches ensemble et quelque chose en sortira. Bien sûr, nous avons beaucoup d'idées, mais nous devons d'abord nous rencontrer, être en studio et combiner nos idées. J'ai hâte de commencer !

Pouvez-vous nous parler de l'effet que le Covid a eu sur votre travail, notamment au sein du projet avec l'IDI, et s'il vous a fait repenser certaines choses sur votre métier ?

Bien sûr, tout a changé pour tout le monde et surtout dans le secteur, puisqu'on ne sait pas ce qui va se passer demain. Et donc, je me sens d'humeur étrange, en attendant demain, mais il est impossible de savoir ce qui sera, alors il ne nous reste plus qu'à continuer. Espérons que tout ira mieux pour qu'en octobre nous puissions nous rencontrer et travailler. Mais on ne peut pas s'arrêter, avoir la possibilité de travailler est important, les restrictions et réglementations sont déroutantes et rendent difficile la planification de l'avenir. D'un autre côté, nous avons maintenant la possibilité d'expérimenter de nouvelles possibilités et de nouvelles façons de créer. Avec le projet dualité, nous travaillons à distance, et les nouvelles technologies nous aident, mais nous sommes toujours danseurs, nous avons besoin de bouger !

Quelles sont, selon vous, les opportunités pour l'avenir de la danse ? Peut-être des technologies connexes et du multimédia ?  

Il y a beaucoup de possibilités, et il faut être prudent car parfois les nouvelles technologies peuvent être très oppressantes. Le problème est parfois que les nouvelles technologies sont trop pour la danse. Il est important de trouver le bon équilibre des langues. Nous pouvons créer des choses nouvelles et fascinantes, comme avec la réalité virtuelle, mais sans nous perdre nous-mêmes et l'humanité.

Leonardo Diana, professeur IDI, collaborateur, chorégraphe 2021

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

Messages récents