« Dualité, un parapluie pour combiner l'ancienne langue avec la nouvelle » Entretien avec Megan Curet. New-York, États-Unis.

Parlez-nous de vos projets pour le Projet Dualité en octobre 2021.

Il est difficile d'être clair à cause de la situation. Je vais animer virtuellement un atelier. Je vais diriger l'atelier que je fais qui fait partie de ma recherche de doctorat qui est En rytmo/In rhythm. J'emprunte des éléments de la "bomba" qui est une forme de chant, de danse et de musique de Porto Rico qui s'engage avec la percussion bomba, ainsi que le son et le mouvement.

J'y emprunte des éléments pour ensuite trouver un vocabulaire du mouvement qui se traduit à travers un récipient contemporain. C'est très physique et il s'agit de comprendre le corps en alignement avec les percussions, le rythme et le son et vraiment de trouver son propre vocabulaire et son propre style de mouvement. C'est un long atelier d'exploration puis de sortie de la chorégraphie qui se construit ensemble. En termes de Dualité, c'est vraiment en ligne avec ce parapluie de combiner l'ancien langage avec le nouveau. Une des choses que nous faisons est de prendre les éléments de la percussion bomba mais je fais aussi du mixage sonore et du DJing, où j'emprunte beaucoup de motifs rythmiques à l'afrobeat et à la techno Jungo. Je vais mixer et mettre en place la musique au fur et à mesure de l'atelier. Il s'agit de faire le pont entre deux mondes et deux formes de vocabulaire du mouvement pour proposer quelque chose de nouveau.

Quand tu penses à IDI, quelle est la première chose qui te vient à l'esprit en termes de danse ? Comment voyez-vous l'IDI ?

Ce qui me vient à l'esprit, c'est de combler le fossé entre la communauté de la danse et la communauté internationale des danseurs. Notre capacité est de connecter des points. Je suis surtout intéressé à travailler avec des gens de Barcelone parce que, d'après mon expérience, il y a une similitude dans la relation à l'identité entre Barcelone et Porto Rico.

Comment a commencé votre cheminement vers la danse et la chorégraphie ? Racontez-nous votre parcours professionnel ?

Je viens de New York, je danse professionnellement depuis 14 ans, mais j'ai commencé il y a 23 ans [à 9 ans]. Je me suis formée à la Martha Graham School of Contemporary Dance, où j'ai commencé après avoir obtenu un baccalauréat en théâtre et danse au Queens College. Ensuite, j'ai fait une maîtrise en études de danse à l'Université Roehampton de Londres. Actuellement, je fais un doctorat avec des recherches basées sur la pratique à l'Université John Morris à Liverpool, où mes recherches portent sur la décolonisation des pratiques de danse traditionnelles par le syncrétisme culturel de "Bomba" de Porto Rico, d'où ma famille est originaire. 

J'enseigne la danse à temps plein, j'ai eu une compagnie de danse pendant 8 ans que j'ai fermée juste avant la pandémie, pour pouvoir entreprendre d'autres activités artistiques. Cependant, je travaille toujours avec le collectif Dancing La Botánica qui est un identifiant afro-latin d'artistes du Bronx. Je suis toujours en train de chorégraphier et de recevoir des commandes et d'enseigner à temps plein et de danser également pour d'autres artistes.

Je dirais que je danse toujours et que je joue à plein temps. Je pense que la collaboration est une très grande partie de ma pratique actuelle. De plus, je travaille également avec un collectif d'artistes sud-africains s'identifiant non binaires et s'identifiant féminins. C'est un projet virtuel auquel j'ai participé mais j'espère que lorsque les frontières s'ouvriront, je pourrai participer en personne. 

Mon travail est vraiment ancré dans les pratiques décoloniales, mais la politique du corps est l'endroit où tout a commencé pour moi il y a environ 6-7 ans. J'ai toujours caressé l'idée de travailler pour les sourds et d'examiner comment différentes géopolitiques influencent la création de la danse. J'ai vécu à Tel-Aviv, Berlin, Londres et Paris, c'est donc là que la racine de ma pratique s'est vraiment formée. 

Maintenant, j'entre en deuxième année de doctorat et je forme une coopérative ici à New York en tant que nouvel espace pour les artistes. Forger et créer un espace pour les personnes queer, trans et BIPOC est vraiment au cœur de ce que je fais.

Quel pouvoir et impact positif ont la danse et l'expression corporelle à votre avis, qu'est-ce que la danse peut accomplir ?

J'ai souvent des sentiments mitigés sur cette question, je pense que plus je vieillis, plus cela devient complexe. Bien sûr, j'enseigne la danse pour les 10-14 ans, donc c'est là que je vois la danse la plus grande possibilité que la danse offre pour s'engager avec les jeunes. Je sais aussi que c'est impacté par l'enseignement à New York où les 10-14 ans ressemblent davantage aux 14-19 ans. C'est là que je vois la possibilité. Je suis également déchiré quand je pense à me réveiller et à me demander si tout cela compte vraiment. Depuis que le gouvernement prend tout ce pour quoi les danseuses ont travaillé. Vous regardez le pays dans lequel vous avez grandi et voyez comment cela a eu un impact sur votre voyage. Certains jours, je me réveille avec beaucoup d'espoir et d'autres jours, j'ai l'impression de ne pas en faire assez dans ce domaine. Je pense qu'il y a une dualité dans cet espace, je trouve souvent que c'est là que je rebondis, certains jours c'est bien de travailler et certains jours ce n'est pas suffisant.

J'ai appris à m'appuyer sur cette dualité, je la laisse nourrir mon travail. Je me suis également mis à l'aise de ne pas me contenter d'idéalisme et de fins heureuses confortables. C'est devenu une partie de mon travail avec le décolonialisme et la politique du corps, ce qui n'est pas toujours confortable et satisfaisant. 

Qu'est-ce que vous appréciez le plus dans votre travail et les arts de la scène ?

Honnêtement, c'est être un perturbateur en motivant les autres à se sentir à l'aise d'être perturbateur. Je dirais que la pandémie a vraiment mis en évidence ma capacité à le faire dans ma pratique. Je devais encore enseigner virtuellement et je m'engageais souvent avec tous les corps dans mon travail comme un médecin, un avocat, des danseurs professionnels ou toute personne intéressée à bouger et à apprendre sur son corps, la relation de son corps et avec les espaces qui l'entourent. La conversation est presque toujours la même, il s'agit de penser à votre corps et à la façon dont il sort des sentiers battus. Être un challenger et être un constructeur de chaos est quelque chose que je suis très heureux de pouvoir réaliser dans mon travail. C'est la partie qui me passionne le plus avec toutes sortes de gens, que vous ayez 10 ou 40 ans. La motivation pour défier, remettre en question, défaire est la partie la plus excitante pour moi en tant que chorégraphie.

Quelle est votre plus grande inspiration pour votre travail ?

Ma plus grande inspiration pour mon travail est ma communauté. J'ai passé beaucoup de temps à déterminer pour qui je faisais ça. Pour moi, c'était très important à identifier. En 2018, lorsque ma compagnie a eu une tournée à guichets fermés réussie en Équateur, je me souviens d'avoir donné un atelier à un groupe d'élèves d'écoles catholiques entièrement composées de filles et d'avoir donné un spectacle à des familles à revenus mixtes, qui ont des problèmes financiers. Je me souviens des réponses et des réactions de ces jeunes filles et des familles juste de la capacité d'être exposée à l'art. Je me souviens de la connexion que j'avais ressentie comme quelqu'un qui depuis très longtemps fait partie de la diaspora latine et ne comprend pas vraiment qui est et quelle est la langue maternelle. Donc, étant dans le pays d'Amérique latine, puis de rentrer à la maison et de faire plus de spectacles pour les communautés urbaines ici, j'ai réalisé que mon public et comprendre qui était ma communauté était la plus grande réussite. Pour moi, il s'agit vraiment de créer un espace pour que les personnes BIPOC, trans, queer s'engagent dans l'art, y soient exposées et se sentent vues en son sein. Je pense que cela a été l'un de mes plus grands accomplissements en tant que pratiquant.

Megan Curet IDI professeur, interprète, collaboratrice, chorégraphe 2021

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

Messages récents