« La danse est éphémère, elle est réelle, et elle n'existe qu'un instant pour une scène. La danse est une interprétation, elle est puissante, une vibration, un rythme et un mouvement, et le corps se transforme. La danse est unique » Entretien avec Aldana Juarez. Pologne/Argentine.

Qu'est-ce qui vous passionne le plus lorsque vous travaillez aux côtés de l'équipe IDI ?

L'ensemble du projet est incroyable. Je suis vraiment content de faire partie du projet et d'y avoir une place. Je pense que c'est important quand tu es dans le projet et que le réalisateur fait confiance à ton travail et te laisse la liberté de t'exprimer. Tous les projets sont tellement intéressants et nous pouvons faire tellement de choses. J'ai quelques idées sur les installations et sur le projecteur et comment nous pouvons jouer avec les lumières et le mouvement et nous pouvons les enregistrer. J'ai d'autres idées pour trouver une façon unique de montrer l'IDI au monde entier, de mélanger les concepts et ils montrent extrêmement qui nous sommes. Nous devons faire une autre étape pour en faire une production plus importante à l'avenir et organiser cela.  

Racontez-nous votre meilleur souvenir de travail avec IDI ?

Lorsque nous étions sur la deuxième scène de Fabra I Coats en octobre, au début de l'atelier, tous les danseurs étaient les yeux fermés, bougeant leur corps et j'ai capturé la meilleure image de l'atelier. Les corps étaient comme voler. J'étais le seul à avoir les yeux ouverts et j'ai été choqué par le mouvement. Ils coulaient et donnaient à la musique. Alors et là j'ai compris le sens de ce qu'ils faisaient, l'essentiel, et c'était très puissant à réaliser.

Comment votre parcours vers la photographie en Danse et Performance a-t-il commencé ?

J'ai commencé ma carrière à 20 ans et je ne savais pas à l'adolescence que la photographie serait ma discipline mais c'était une sensation et j'étudiais le journalisme et je me suis rendu compte que ce n'était pas ma voie. J'ai donc eu une sensation et c'est à nous de faire ce que nous voulons faire et nous décidons de ce que nous voulons faire. Peut-être êtes-vous attiré par un autre métier. Et ce n'est pas une carrière facile, je le sais, et vivre de ça et réussir. 

J'ai décidé d'étudier le cinéma, là j'ai compris que le cadre est une pièce unique pour comprendre le total, toute la composition. J'ai eu beaucoup de professeurs qui m'ont époustouflé, et ils m'ont montré à voir différentes perspectives et à trouver votre propre façon de voir les choses, d'essayer de trouver votre propre façon de dire les choses. Je pense que je cherche encore ma voie, j'ai une idée, je sais ce que j'aime, mais c'est un processus pour moi. Ce que je faisais quand j'avais 20 ans était très différent de ce que je fais aujourd'hui. Mais c'est bien. Il s'agit de communiquer comment vous voyez le monde, avec votre propre cadre, avec votre point de vue. Et idéalement, quelqu'un vous comprendra. 

Qu'est-ce qui vous fascine le plus dans votre travail ?

Cela m'excite vraiment quand je rencontre différentes personnes et quand nous commençons le feu en faisant un brainstorming et en réfléchissant à des idées, en commençant à écrire et à traiter l'information. Quand nous obtenons ce que nous voulons, c'est incroyable. Je participe également au processus de production, et lorsque nous prenons un café ou une bière en nous saoulant et en partageant nos idées originales, nos partenaires deviennent comme des amis pour vous. Quand vous sentez que vous pouvez parler dans le même langage dans les arts, quand le langage artistique correspond à deux personnes, elles vont devenir amies. 

Quand j'ai rencontré Harriet pour la première fois, nous étions dans un magasin et nous nous plaignions tous les deux et je l'ai aidée à communiquer avec la femme du magasin en espagnol. J'ai commencé à lui parler de mon documentaire et elle est devenue curieuse à ce sujet et elle voulait voir mon travail. Je lui ai envoyé mes affaires et elle m'a appelé et je pense que c'est intéressant de voir comment nous pouvons partager des langages artistiques et nous connecter avec les gens. Quand vous aimez ce que vous faites, c'est comme si vous jouiez. Vous aurez toujours des problèmes lors d'une production, mais le processus et surtout le début me plaisent beaucoup. 

Pourquoi avoir choisi un format documentaire comme l'un de vos principaux débouchés ?

Oui, j'ai quelque chose avec le documentaire. Je pense que la réalité est plus puissante que la fiction, et chaque bonne fiction que vous prenez de la réalité. Par exemple, l'autre jour, je cachais la caméra avec mon père et je l'enregistrais. C'est un personnage et il y a quelque chose que j'ai vu en lui, c'est la façon dont je vois le monde et mon père, me dit quelque chose sur moi-même. Maintenant, avec les plateformes de streaming, le documentaire obtient une position beaucoup plus forte sur le marché car là vous voyez la coupe du réalisateur. Un documentaire est la vérité individuelle du réalisateur. J'ai fait un film sur un tissu de fabrication et un groupe d'ouvriers. Et c'est leur réalité mais c'est toujours à travers mes yeux, je peux la manipuler. Il est donc possible de l'utiliser mal et d'utiliser un documentaire pour dire quelque chose qui n'est pas exact. Nous devons donc être prudents et créer une bonne connexion avec les personnes que vous enregistrez. J'ai besoin de créer une atmosphère de confiance et de détente comme si je n'étais pas là. Un documentaire est un long chemin pour comprendre et découvrir la vérité.

C'est presque de la fiction quand on crée un documentaire, c'est encore ma façon de voir les choses, ce n'est pas tout à fait objectif. Aussi avec la danse et la performance, je ne peux montrer que ce que l'artiste veut montrer, c'est une fiction qui l'entoure. 

Quel rôle le mouvement du corps et la danse jouent-ils dans votre travail, notamment lorsque vous travaillez avec l'IDI ?

J'avais vraiment envie de danser quand j'étais enfant car on bouge tout le temps et c'est intéressant d'avoir la possibilité avec la caméra de survoler ce mouvement. Il faut donc que je commence à jouer avec le corps bien que ce ne soit pas confortable pour le danseur, mais c'est une situation particulière. Vous pouvez jouer avec l'appareil photo et essayer de faire un travail original. Je veux avoir une bonne image et de bonnes séquences de ce qui se passe avec le corps en dansant. Donc la caméra danse comme le corps et bien que ce soit un processus difficile qui demande de la technique, c'est beau de faire partie du corps. 

Qu'est-ce que tu préfères dans la représentation des danseurs et du mouvement ?

La danse est éphémère, elle est réelle, et elle n'existe qu'un instant pour une scène. La danse est une interprétation, elle est puissante et combine interprétation, vibration, rythme et mouvement, et le corps se transforme en autre chose. La danse est unique, c'est une expression qui peut transmettre ce que le danseur veut, ressent et essaie de dire. C'est un concept abstrait mais quand vous voyez quelqu'un bouger bien, vous devez le regarder. Il a un pouvoir d'attraction.

Dans quelle mesure le Covid a-t-il affecté votre travail, notamment au sein du projet avec l'IDI en octobre et cela vous a-t-il amené à modifier votre pratique de quelque manière que ce soit ? 

Oui, cela m'a obligé à le modifier beaucoup de plusieurs manières. Nous ne pouvions pas nous rencontrer, nous ne pouvions pas faire les choses et avons annulé beaucoup de choses. Ce qui m'a aidé, c'est le fait que j'avais plus de temps pour mon propre travail, j'avais plus de temps pour la création. J'aime ça! J'ai pu comprendre mon point de vue, alors je peux faire un mix. Donc ce qui s'est passé, à la fin, c'est que nous ne pouvions pas faire de nouvelles choses et avons dû annuler beaucoup de choses mais j'avais aussi beaucoup de séquences sur lesquelles je devais travailler. Ainsi, je pourrais avoir le temps de travailler sur l'édition. 

Aldana Juarez, collaboratrice IDI, vidéaste, photographe 2021.

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

Messages récents